Archi-Cadlinkeuses, Archi-Cadlinkeurs,

Vous êtes les bienvenus.

Ce nouveau forum, ouvert depuis le mois de novembre 2018, a pour objectif, vocation et ambition de répondre à toutes vos interrogations sur l'outil logiciel ArchiCAD®, développé par GRAPHISOFT© (au delà des canaux officiels type forum éditeur, distributeur, revendeurs... et des "baratins commerciaux" ! ;-)).

Il s'adresse à tous, du débutant a l'expert, et repose exclusivement sur le bénévolat collaboratif et participatif.

Pour éviter toutes pertes de cette future base de connaissances et la pérenniser, ce forum est géré, administré, développé et financé par une association loi 1901 à but non lucratif, ou vous pouvez (ou pas) adhérer comme membre actif, moyennent une cotisation faible et attractive !

Cet espace est libre, sans contraintes d'intérêts tiers (éditeur, distributeur, revendeur, etc.) et donc indépendant.

Il est entièrement dédié aux utilisateurs (dessinateur-projeteur, technicien, maitre d’œuvre, collaborateur d'architecte, architecte, ingénieur, etc...) qui, "sur le terrain" conçoivent, produisent, réalisent, diffusent, des publications numériques et/ou "papier", avec ce logiciel.

Les accès au site et à ses différentes rubriques sont entièrement libres et gratuits après inscription. Les pièces téléchargeables et le droit à poster exigent de même l'inscription avec le remplissage de votre signature stipulant votre OS (Mac ou Windows) et votre numéro de version d'ArchiCAD® (de la 4.5 à la 22!).
C'est uniquement fait pour faciliter les réponses.

La rubrique "Je me présente" vous permettra d'accéder à de nouveaux salons permettant le téléchargement d'objets mis à disposition et de quelques autres goodies à venir.

Les membres fondateurs :

Bernard, David, Felipe, Frédéric, Maël, Nicolas, Pierre, Sam, Simon, Yves


PS : Énorme remerciement à Eric Wilk pour sa confiance renouvelée aux "irréductibles" (les "anciens" te saluent tous), et le lien de ta page d'au revoir sur la notre ;-)

Le BIM, pour un nul.

Avatar de l’utilisateur
Isatis
Messages : 111
Inscription : 30 nov. 2018 15:06
Localisation : 1000m
Version d'Archicad : 16 - 22
Système d'exploitation : Win 7

Le BIM, pour un nul.

Message par Isatis » 08 juin 2019 08:54

Bonjour à tous.

Avatar de l’utilisateur
Fmr
Messages : 1075
Inscription : 14 nov. 2018 17:14
Localisation : Les Sables d'Olonne
Version d'Archicad : AC 22
Système d'exploitation : MacOS 10.12
A remercié : 10 fois
A été remercié : 4 fois
Contact :

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Fmr » 08 juin 2019 09:06

Isatis a écrit :
08 juin 2019 08:54
Bonjour à tous.
C'est un peu court, mais c'est un début.
Je t'attends pour la suite.
La Chaume —Les Sables d'Olonne
Architecte DPLG —Formateur ArchiCAD — Consultant BIM
https://www.bimservices.fr/
ArchiCAD 4.12 à 22 — MacBook Pro 2,5 Ghz i7— Mac OS 10.11.6

Avatar de l’utilisateur
Isatis
Messages : 111
Inscription : 30 nov. 2018 15:06
Localisation : 1000m
Version d'Archicad : 16 - 22
Système d'exploitation : Win 7

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Isatis » 08 juin 2019 09:17

Attendez un peu.
Faudra m'aider, vraiment beaucoup.
Je vais m'appuyer sur des cas concrets. D'où mon image de la ferme à queue de cheval, mon post sur le GDL, mes interventions aux posts de Matthias et Noémie sur avec leur histoire d'escalier. Tu m'as dit de ne point mélanger, alors j'ai décortiqué(trié) un peu. Pour moi, ça fait qu'un, j'obéis aux ordres.

Soit patient mon Ami, mais j'aimerai que ceux qui interviennent, et j(espère TOUT le monde) se présentent comme pratiquant ou pas du BIM.
Ce qui est mon cas, NON pratiquant.

Vais tester le VTT électrique, les sommets à + de 2000m deviennent dures à atteindre.

Bon week end.

Avatar de l’utilisateur
Fmr
Messages : 1075
Inscription : 14 nov. 2018 17:14
Localisation : Les Sables d'Olonne
Version d'Archicad : AC 22
Système d'exploitation : MacOS 10.12
A remercié : 10 fois
A été remercié : 4 fois
Contact :

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Fmr » 08 juin 2019 09:49

Isatis a écrit :
08 juin 2019 09:17
Soit patient mon Ami, mais j'aimerai que ceux qui interviennent, et j(espère TOUT le monde) se présentent comme pratiquant ou pas du BIM.
Ce qui est mon cas, NON pratiquant.
Tu n'es pas si non pratiquant que ça.
Tout le travail que tu fais avec le thermique c'est déjà pour moi déjà du BIM.
Le BIM pour moi est la démarche d'échange évoluée grâce à la 3D mais surtout grâce aux données et la qualification associée à ta 3D.
C'est cette deuxième partie qui est la plus importante pour moi.
Dans l'ordre d'importance tu peux également ajouter l'interopérabilité ce qui veut dire pour moi c'est que d'autres partenaires peuvent avec leurs logiciels et leurs savoirs métiers faire évoluer et renseigner les données de ta maquette et amener une meilleure qualité à celle-ci.

Tout ça est possible grâce à des formats de fichier qui conservent des données et améliorent la compatibilité des outils de différents logiciels.
Le chemin va être long car les logiciels ne sont ni parfait (cf le problème des escaliers), leurs passerelles ne le sont pas toujours même si cela évolue dans le bon sens Les savoirs métiers ne sont pas toujours si simples que ça à intégrer dans une maquette numérique.

Pour moi même très partielle, même imparfaite la démarche est intéressante mais il ne faut pas imaginer qu'elle remplace à court et moyen terme le savoir métier mais elle permettra de faciliter de plus en plus d'actions et d'améliorer le contrôle qualité si nous l'orientons dans la bonne direction et que nous nous en servions pas sans aucun contrôle et sans intelligence humaine métier.
La Chaume —Les Sables d'Olonne
Architecte DPLG —Formateur ArchiCAD — Consultant BIM
https://www.bimservices.fr/
ArchiCAD 4.12 à 22 — MacBook Pro 2,5 Ghz i7— Mac OS 10.11.6

Avatar de l’utilisateur
Archi 43
Messages : 315
Inscription : 20 nov. 2018 20:12
Localisation : Roanne
Version d'Archicad : Archicad 12 à 22
Système d'exploitation : Window 7
A remercié : 1 fois
A été remercié : 3 fois

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Archi 43 » 08 juin 2019 14:24

Salut à tous.

Dans mon cas on va dire que je "pratique" puisque j'ai même acquis le titre pompeux (et autoproclamé) de "manageur BIM" de l'agence.

Le BIM c'est pour moi un outil pour faire de l'architecture. A ce titre ce n'est ni gentil, ni méchant ; ni nul, ni génial ; ni simple, ni compliqué.
Comme tout outil, il vaut ce que l'on peut en tirer. C'est à dire qu'on ne va pas faire plus ou moins de chose que ce qu'on faisait avant. On va juste le faire différemment. C'est à l'utilisateur de déterminer si cette façon de faire est plus efficace (ou pas).

De mon point de vue, je trouve que travailler en BIM est cohérent avec ma nature : étant plutôt feignant et distrait, je trouve plus pratique d'avoir toutes les infos du projet sur ma maquette numérique et de pouvoir les visualiser en trois clics plutôt que de devoir chercher dans une dizaine de document. Je trouve également plus pratique le fait qu'une modification s'applique à l'ensemble de mes documents en une fois plutôt que de devoir les reprendre un par un.

Après, il y a aussi des inconvénients. Tout automatiser fait certes gagner du temps de dessin, mais tant également à laisser passer beaucoup plus de connerie sur les plans par manque de relecture.

Une maitrise moyenne ou mauvaise des outils de modélisation peut aussi brider la liberté de création, même inconsciemment si l'on ne prend pas garde.

Donc en conclusion, le BIM c'est de mon point de vu un outil de travail adapté à la profession d'architecte. Mais il faut le maitriser correctement car ce n'est pas aussi "docile" qu'un simple DAO.

Je devais me risquer sur une métaphore foireuse :
Le BIM c'est comme une voiture de sport, ça va très vite, mais si tu ne prends pas le temps d'apprendre à t'en servir, t'a vite fait de planter (et ça a tendance à être fragile niveau mécanique). A l'inverse la méthode "classique" c'est plus comme une voiture familiale. C'est moins rapide, moins confortable, mais c'est fiable et tout le monde peut la conduire sans se poser trop de question.

L'important, c'est d'arriver au bout de la route. Donc à chacun de choisir son véhicule en fonction de ses préférences, les deux voitures font la même chose, elles le font juste différemment.
Archicad 12 à 22
Windows 7

Avatar de l’utilisateur
Fmr
Messages : 1075
Inscription : 14 nov. 2018 17:14
Localisation : Les Sables d'Olonne
Version d'Archicad : AC 22
Système d'exploitation : MacOS 10.12
A remercié : 10 fois
A été remercié : 4 fois
Contact :

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Fmr » 08 juin 2019 15:51

Bonjour Louis

Pas mal de désaccords ou d'interprétations différentes
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Le BIM c'est pour moi un outil pour faire de l'architecture. A ce titre ce n'est ni gentil, ni méchant ; ni nul, ni génial ; ni simple, ni compliqué.
Pour moi c'est plus un process transversal qu'un outil ou un logiciel et plus pour réaliser du bâti que de l'architecture pure.
Le but est de pouvoir échanger, autour d'une maquette de synthèse 3D renseignée classifiée support des échanges entre partenaires en conception en réalisation et potentiellement support de maintenance.
Nous en sommes très très loin mais c'est pour moi le but de ce process. La maquette support de ces échanges à l'vantage de pouvoir être consultée par beaucoup de monde grâce au format ifc support de ces échanges et aux viewers gratuits largement répandus.
Ils permettent d'échanger et de favoriser la "lisibilité" d'un proje et/ou d'un bâti réalisé auprès du plus grand nombre en étant (normalement…) cohérent à chaque moment et de produire des documents de synthèses à jours.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Comme tout outil, il vaut ce que l'on peut en tirer. C'est à dire qu'on ne va pas faire plus ou moins de chose que ce qu'on faisait avant. On va juste le faire différemment. C'est à l'utilisateur de déterminer si cette façon de faire est plus efficace (ou pas).
On fait au contraire beaucoup plus de choses que l'on faisait avant au niveau des documents de compréhension et de synthèse qu'avant.
Le fait de posséder des maquettes des uns et des autres en amont permet de pouvoir effectuer des choix plus en phase amont. notamment au niveau de la synthèse avec les lots techniques.
Pour avoir fait de la coordination avec les BE avant la mise en place du process BIM et après la mise celui-ci je peux dire que le maquettage (même en phase études) permet d'anticiper beaucoup de soucis et de trouver des solutions techniques, constructives et architecturales préalables bien plus pertinentes qu'avant. J'ai quelques souvenir précis d'acrobaties de génie civil étudiés en phase avant projet pour mettre en place des locaux techniques qui ont au final ont été abandonnées en phases chantier une fois la synthèse faite et de réseaux en terrasse joyeusement sous dimensionnés.
la maquette permet aussi la compression de la complexité du bâti ce qui aurai été utile à plusieurs de mes partenaires thermiciens et de leur éviter de trainer des calculs erronés et de chères modifications en phase chantier pour rentrer dans l'épure des calculs.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
De mon point de vue, je trouve que travailler en BIM est cohérent avec ma nature : étant plutôt feignant et distrait, je trouve plus pratique d'avoir toutes les infos du projet sur ma maquette numérique et de pouvoir les visualiser en trois clics plutôt que de devoir chercher dans une dizaine de document. Je trouve également plus pratique le fait qu'une modification s'applique à l'ensemble de mes documents en une fois plutôt que de devoir les reprendre un par un.
Ne pas confondre CAO et BIM, la mise en cohérence géométrique d'une modification entre plans, coupes, façades et 3D c'est de la CAO. ArchiCAD le permet depuis l'origine. On peut faire de la CAO sans faire de BIM.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Après, il y a aussi des inconvénients. Tout automatiser fait certes gagner du temps de dessin, mais tant également à laisser passer beaucoup plus de connerie sur les plans par manque de relecture.
Ca c'est un autre problème qui est plus lié au process internes aux agences et ça date plutôt de la CAO voire de la DAO.
Les documents graphiques informatiques ne sont effectivement souvent vus uniquement par ceux qui les dessinent et assez peu par les autres. Et beaucoup d'archis ou d'ingénieurs de l'ancienne génération ont du mal à en comprendre la fabrication, les possibilités et la facilité ou la difficulté à en réaliser des modifications.
Certains chargés d'affaires des BE découvrent les documents graphiques en arrivant en rendez vous.
Le fait de pouvoir discuter en Rendez vous autour de maquettes communes (ou compilées) permet de faciliter compréhensions, échanges et choix.
Le bim peut également, s'il est bien paramétré et utilisé, faciliter auto-contrôle, choix et optimisation.
La possibilité de pouvoir utiliser des viewers, la possibilité des exports/imports Excel permet au contraire de ramener dans la boucle des partenaires qui étaient pour moi exclus du process.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Une maitrise moyenne ou mauvaise des outils de modélisation peut aussi brider la liberté de création, même inconsciemment si l'on ne prend pas garde.
Oui et non
Une mauvaise utilisation des outils quels qu'ils soient ne facilitent rien.
Mieux vaut un dessin fait intelligemment au crayon gras sans instrument qu'une maquette BIM stupide très détaillée, bien classifiée. La finalité est la transmission d'information non ambigüe entre partenaires dans le but de réaliser un ouvrage.
Les nouveaux outils et process ont permis l'émergence et la réalisation de projets inconcevable sans.
Durant mes années d'études un camarade de promo travaillait chez Saubot et Jullien partenaire chantier de Gehry pour la réalisation de l'American Center de Paris. Les études réalisées en CAO lui permettrait de mettre en places plans, coupes et façades de ce projet aux imbrications compliquées et de produire instantanément des coupes en tout endroits du projet.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Donc en conclusion, le BIM c'est de mon point de vu un outil de travail adapté à la profession d'architecte. Mais il faut le maitriser correctement car ce n'est pas aussi "docile" qu'un simple DAO.
Moins docile ça c'est sûr… :mrgreen:
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Je devais me risquer sur une métaphore foireuse :
Le BIM c'est comme une voiture de sport, ça va très vite, mais si tu ne prends pas le temps d'apprendre à t'en servir, t'a vite fait de planter (et ça a tendance à être fragile niveau mécanique). A l'inverse la méthode "classique" c'est plus comme une voiture familiale. C'est moins rapide, moins confortable, mais c'est fiable et tout le monde peut la conduire sans se poser trop de question.
Plus rapide ça reste à démontrer. Les retours d'expériences actuels sont clairs sur ce point.
Surtout dans la phase de transition où on est.
De même les temps sont différents en fonction des phases, plus d'études amont aimablement zappées sont réalisées, moins de on verra ça au chantier… Mais une phase Synthèse préparation chantier réduite, même si aujourd'hui les retours d'expérience ne sont pas tous aussi optimistes que moi.
La Chaume —Les Sables d'Olonne
Architecte DPLG —Formateur ArchiCAD — Consultant BIM
https://www.bimservices.fr/
ArchiCAD 4.12 à 22 — MacBook Pro 2,5 Ghz i7— Mac OS 10.11.6

Avatar de l’utilisateur
Bernard
Messages : 144
Inscription : 18 nov. 2018 13:28
Localisation : Brest entre autre
Version d'Archicad : 21/22
Système d'exploitation : Win 7
A remercié : 1 fois
A été remercié : 3 fois

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Bernard » 08 juin 2019 15:57

Bonjour,
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
....C'est à dire qu'on ne va pas faire plus ou moins de chose que ce qu'on faisait avant...
Euh ! Qd même...! :| Intégrer la mission BIM ds la mission de base archi en considérant qu'elle ne prend aucune place temporelle & sans la facturer comme une mission complémentaire serait une grossière erreur. Elle représente tout de même une prestation, qui demande du temps, de la ressource & de la compétence (j'ai côtoyé des agences où une personne se consacrait à plein temps à la gestion, l'analyse, la compilation des fichiers & l'assistance des BE ou entreprises devant nourrir la maquette) Loin d'être une prestation qui ne demande rien de plus qu'avant, c'est au contraire, un vrai job à part entière avec les heures, le salaire & les charges qui vont avec & qui selon le type de dossier ne laisse pas bcp de place ds la journée pour faire de l'architecture. C'est donc pour bcp d'agence un poste supplémentaire.

Même si l'on se place du côté de l'archi-concepteur-dessinateur; hors modélisation 3D, s'attacher aux renseignements de la maquette & gérer propriétés & classifications demande déjà plus de temps que de la saisie pure sans se poser de questions ou alors en 25ans d'Archicad j'ai raté bcp de chose ? Mais il me semble qu'un projet hors BIM sur une V9 demandait mois de temps de saisie qu'un fichier "Bimisé" sur une 22.
Le gain temps, lorsque l'inter-opérabilité est bonne, je le situe ds le process du PRO, de l'EXE & du chantier (pour l'archi), puis de la maintenance (pour le MO) mais pas en phase de saisie du projet...
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
...Une maitrise moyenne ou mauvaise des outils de modélisation peut aussi brider la liberté de création, même inconsciemment si l'on ne prend pas garde...
.
Là, je te rejoins tjrs peu :mrgreen: car ici, réside un vrai danger pour le concepteur... le créatif devra, à mon sens se tenir à distance de toutes ces considérations de "Bim-contraintes" sous peine d'y laisser son âme.
Quant à se faire brider par l'informatique cela serait oublier que le métier se satisfait largement de culture archi, d'inspiration, de compétence technique, de papier & de crayon mais aussi de liberté en phase de conception.
Brest
Archicad 3.0 -> 21/22 -- HP Pavilion 2.3Ghz i7 -- Win7

Avatar de l’utilisateur
Archi 43
Messages : 315
Inscription : 20 nov. 2018 20:12
Localisation : Roanne
Version d'Archicad : Archicad 12 à 22
Système d'exploitation : Window 7
A remercié : 1 fois
A été remercié : 3 fois

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Archi 43 » 08 juin 2019 16:37

Bernard a écrit :
08 juin 2019 15:57
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
....C'est à dire qu'on ne va pas faire plus ou moins de chose que ce qu'on faisait avant...
Euh ! Qd même...! :| Intégrer la mission BIM ds la mission de base archi en considérant qu'elle ne prend aucune place temporelle & sans la facturer comme une mission complémentaire serait une grossière erreur. Elle représente tout de même une prestation, qui demande du temps, de la ressource & de la compétence (j'ai côtoyé des agences où une personne se consacrait à plein temps à la gestion, l'analyse, la compilation des fichiers & l'assistance des BE ou entreprises devant nourrir la maquette) Loin d'être une prestation qui ne demande rien de plus qu'avant, c'est au contraire, un vrai job à part entière avec les heures, le salaire & les charges qui vont avec & qui selon le type de dossier ne laisse pas bcp de place ds la journée pour faire de l'architecture. C'est donc pour bcp d'agence un poste supplémentaire.
Tu as en partie raison, mais aussi en partie tort. Je m'explique.

Quand je dis qu'on ne va pas faire "plus", je l’entends en niveau de détail du projet. C'est à dire qu'on ne va pas se mettre à représenter les têtes de vis juste parce qu'on a un outil qui permet de le faire. Les informations qui sont saisies dans la maquette l'étaient déjà avant, mais pas de la même façon.

Donc je dis que tu as "tord", c'est que dans la mesure où l'on ne saisit pas plus d'information qu'avant, il ne devrait pas y avoir de raison qu'on y passe plus de temps.

Cependant, ce raisonnement ne tiens pas compte du fait que nous utilisons des technologie et des flux de travail encore imparfait.
Le gros inconvénient du BIM, c'est qu'en centralisant les données, il reporte sur l'architecte la charge de saisie de données qui était avant gérée par les cotraitants (économiste, et BE). Donc tu as également raison, le BIM engendre pour l'instant une charge de travail supplémentaire.

Mais je trouve important de dire que cette charge n'est pas lié au BIM lui même en temps que concept mais au contraire est due aux imperfection technologique de nos logiciels (et de nos organisations de travail pas encore rodé à la collaboration BIM). De ce fait nous saisissons, en doublon, des données qui devraient être saisies par les autres. Si on suit la logique BIM jusqu'au bout, à terme on ne devrait plus avoir besoin de faire des saisi en doublon puisque l'objectif est justement d'éviter ça.

Petite remarque en plus, en fait il y a bien une chose induite par le BIM qu'on ne faisait pas avant : on modélise et renseigne l'intégralité du projet. Alors qu'en flux de travail classique on ne traite que des vues partielles (plan/coupe/etc.), le BIM nous oblige à tout bien renseigner, même quand on ne voit pas directement ces informations sur les documents graphiques.
Archicad 12 à 22
Windows 7

Avatar de l’utilisateur
Archi 43
Messages : 315
Inscription : 20 nov. 2018 20:12
Localisation : Roanne
Version d'Archicad : Archicad 12 à 22
Système d'exploitation : Window 7
A remercié : 1 fois
A été remercié : 3 fois

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Archi 43 » 08 juin 2019 16:59

Fmr a écrit :
08 juin 2019 15:51
Bonjour Louis

Pas mal de désaccords ou d'interprétations différentes
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Le BIM c'est pour moi un outil pour faire de l'architecture. A ce titre ce n'est ni gentil, ni méchant ; ni nul, ni génial ; ni simple, ni compliqué.
Pour moi c'est plus un process transversal qu'un outil ou un logiciel et plus pour réaliser du bâti que de l'architecture pure.
Le but est de pouvoir échanger, autour d'une maquette de synthèse 3D renseignée classifiée support des échanges entre partenaires en conception en réalisation et potentiellement support de maintenance.
Nous en sommes très très loin mais c'est pour moi le but de ce process. La maquette support de ces échanges à l'vantage de pouvoir être consultée par beaucoup de monde grâce au format ifc support de ces échanges et aux viewers gratuits largement répandus.
Ils permettent d'échanger et de favoriser la "lisibilité" d'un proje et/ou d'un bâti réalisé auprès du plus grand nombre en étant (normalement…) cohérent à chaque moment et de produire des documents de synthèses à jours.
De mon point de vu, un process est aussi un outil, et les remarques que je formule s'applique autant au BIM en tant que process qu'aux logiciels BIM.
Fmr a écrit :
08 juin 2019 15:51
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Comme tout outil, il vaut ce que l'on peut en tirer. C'est à dire qu'on ne va pas faire plus ou moins de chose que ce qu'on faisait avant. On va juste le faire différemment. C'est à l'utilisateur de déterminer si cette façon de faire est plus efficace (ou pas).
On fait au contraire beaucoup plus de choses que l'on faisait avant au niveau des documents de compréhension et de synthèse qu'avant.
Le fait de posséder des maquettes des uns et des autres en amont permet de pouvoir effectuer des choix plus en phase amont. notamment au niveau de la synthèse avec les lots techniques.
Pour avoir fait de la coordination avec les BE avant la mise en place du process BIM et après la mise celui-ci je peux dire que le maquettage (même en phase études) permet d'anticiper beaucoup de soucis et de trouver des solutions techniques, constructives et architecturales préalables bien plus pertinentes qu'avant. J'ai quelques souvenir précis d'acrobaties de génie civil étudiés en phase avant projet pour mettre en place des locaux techniques qui ont au final ont été abandonnées en phases chantier une fois la synthèse faite et de réseaux en terrasse joyeusement sous dimensionnés.
la maquette permet aussi la compression de la complexité du bâti ce qui aurai été utile à plusieurs de mes partenaires thermiciens et de leur éviter de trainer des calculs erronés et de chères modifications en phase chantier pour rentrer dans l'épure des calculs.
Oui mais la finalité de tout ça : faire des choix et trouver des solutions pour construire, on le faisait déjà avant. On le faisait différemment, plus tard, avec moins d'efficacité, mais on le faisait quand même. C'est comme comparer une pelle et un tracto-pelle : tu ne feras rien de plus avec un tracto pelle (à savoir un trou), mais tu le feras vachement plus vite.
Fmr a écrit :
08 juin 2019 15:51
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
De mon point de vue, je trouve que travailler en BIM est cohérent avec ma nature : étant plutôt feignant et distrait, je trouve plus pratique d'avoir toutes les infos du projet sur ma maquette numérique et de pouvoir les visualiser en trois clics plutôt que de devoir chercher dans une dizaine de document. Je trouve également plus pratique le fait qu'une modification s'applique à l'ensemble de mes documents en une fois plutôt que de devoir les reprendre un par un.
Ne pas confondre CAO et BIM, la mise en cohérence géométrique d'une modification entre plans, coupes, façades et 3D c'est de la CAO. ArchiCAD le permet depuis l'origine. On peut faire de la CAO sans faire de BIM.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Après, il y a aussi des inconvénients. Tout automatiser fait certes gagner du temps de dessin, mais tant également à laisser passer beaucoup plus de connerie sur les plans par manque de relecture.
Ca c'est un autre problème qui est plus lié au process internes aux agences et ça date plutôt de la CAO voire de la DAO.
Les documents graphiques informatiques ne sont effectivement souvent vus uniquement par ceux qui les dessinent et assez peu par les autres. Et beaucoup d'archis ou d'ingénieurs de l'ancienne génération ont du mal à en comprendre la fabrication, les possibilités et la facilité ou la difficulté à en réaliser des modifications.
Certains chargés d'affaires des BE découvrent les documents graphiques en arrivant en rendez vous.
Le fait de pouvoir discuter en Rendez vous autour de maquettes communes (ou compilées) permet de faciliter compréhensions, échanges et choix.
Le bim peut également, s'il est bien paramétré et utilisé, faciliter auto-contrôle, choix et optimisation.
La possibilité de pouvoir utiliser des viewers, la possibilité des exports/imports Excel permet au contraire de ramener dans la boucle des partenaires qui étaient pour moi exclus du process.
Je suis d'accord, les problème que j'évoque sont plus des problèmes de CAO que de BIM. Mais pour quelqu'un qui passe du DAO au BIM, le passage par la CAO sera un pas peut être encore plus complexe que le passage au BIM lui même. C'est pourquoi je me suis permis cette petite liberté.

Fmr a écrit :
08 juin 2019 15:51
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Une maitrise moyenne ou mauvaise des outils de modélisation peut aussi brider la liberté de création, même inconsciemment si l'on ne prend pas garde.
Oui et non
Une mauvaise utilisation des outils quels qu'ils soient ne facilitent rien.
Mieux vaut un dessin fait intelligemment au crayon gras sans instrument qu'une maquette BIM stupide très détaillée, bien classifiée. La finalité est la transmission d'information non ambigüe entre partenaires dans le but de réaliser un ouvrage.
Les nouveaux outils et process ont permis l'émergence et la réalisation de projets inconcevable sans.
Durant mes années d'études un camarade de promo travaillait chez Saubot et Jullien partenaire chantier de Gehry pour la réalisation de l'American Center de Paris. Les études réalisées en CAO lui permettrait de mettre en places plans, coupes et façades de ce projet aux imbrications compliquées et de produire instantanément des coupes en tout endroits du projet.
Je crois qu'on ne s'est pas très bien compris sur ce thème là. :? Tu as 100% raison. Ce que je dit c'est que se forcer à utiliser qu'on maitrise mal peut être contre productif. Là aussi c'est plus un problème de CAO que de BIM.
Fmr a écrit :
08 juin 2019 15:51
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Donc en conclusion, le BIM c'est de mon point de vu un outil de travail adapté à la profession d'architecte. Mais il faut le maitriser correctement car ce n'est pas aussi "docile" qu'un simple DAO.
Moins docile ça c'est sûr… :mrgreen:
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 14:24
Je devais me risquer sur une métaphore foireuse :
Le BIM c'est comme une voiture de sport, ça va très vite, mais si tu ne prends pas le temps d'apprendre à t'en servir, t'a vite fait de planter (et ça a tendance à être fragile niveau mécanique). A l'inverse la méthode "classique" c'est plus comme une voiture familiale. C'est moins rapide, moins confortable, mais c'est fiable et tout le monde peut la conduire sans se poser trop de question.
Plus rapide ça reste à démontrer. Les retours d'expériences actuels sont clairs sur ce point.
Surtout dans la phase de transition où on est.
De même les temps sont différents en fonction des phases, plus d'études amont aimablement zappées sont réalisées, moins de on verra ça au chantier… Mais une phase Synthèse préparation chantier réduite, même si aujourd'hui les retours d'expérience ne sont pas tous aussi optimistes que moi.
C'est pas faux. Je savais bien que ma métaphore serait foireuse :mrgreen:
Dernière modification par Archi 43 le 08 juin 2019 17:24, modifié 2 fois.
Archicad 12 à 22
Windows 7

Avatar de l’utilisateur
Fmr
Messages : 1075
Inscription : 14 nov. 2018 17:14
Localisation : Les Sables d'Olonne
Version d'Archicad : AC 22
Système d'exploitation : MacOS 10.12
A remercié : 10 fois
A été remercié : 4 fois
Contact :

Re: Le BIM, pour un nul.

Message par Fmr » 08 juin 2019 17:02

Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 16:37
Quand je dis qu'on ne va pas faire "plus", je l’entends en niveau de détail du projet. C'est à dire qu'on ne va pas se mettre à représenter les têtes de vis juste parce qu'on a un outil qui permet de le faire. Les informations qui sont saisies dans la maquette l'étaient déjà avant, mais pas de la même façon.
Il n'est pas question de saisir les vis, il est question de résoudre des intéractions qu l'aurait laissé filé et d'interagir plus tôt avec les BE qui eux dans leur grande majorité n'anticipait moins.
Il est question de mieux modéliser et de mieux contrôler de nouvelles contraintes réglementaires et techniques (RT, accessibilité, évolution des produits que l'on avait pas et d'anticiper des problématiques techniques qui arrivait plus tard dans le travail de l'architecte, le "on verra plus tard au chantier" et la pré-synthèse que l'on pouvait difficilement anticiper avec les outils anciens et les temps d'études
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 16:37
Donc je dis que tu as "tord", c'est que dans la mesure où l'on ne saisit pas plus d'information qu'avant, il ne devrait pas y avoir de raison qu'on y passe plus de temps.

Cependant, ce raisonnement ne tiens pas compte du fait que nous utilisons des technologie et des flux de travail encore imparfait.
Le gros inconvénient du BIM, c'est qu'en centralisant les données, il reporte sur l'architecte la charge de saisie de données qui était avant gérée par les cotraitants (économiste, et BE). Donc tu as également raison, le BIM engendre pour l'instant une charge de travail supplémentaire.
Dans un flux normal nous les saisissons pas, les Bureaux d'études fabriquent leurs maquettes, document 2D et pièces écrites dont ils sont responsables, nous contrôlons en temps réel alors qu'avant nous les contrôlions à posteriori. Les BE et surtout les économistes avaient besoin de nos dossiers quasiment finalisé pour travailler alors que maintenant nous pouvons travailler de front, d'où les avenants et ce temps masqué à remetre les uns et les autres en phase ou pas.
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 16:37
Mais je trouve important de dire que cette charge n'est pas lié au BIM lui même en temps que concept mais au contraire est due aux imperfection technologique de nos logiciels (et de nos organisations de travail pas encore rodé à la collaboration BIM). De ce fait nous saisissons, en doublon, des données qui devraient être saisies par les autres. Si on suit la logique BIM jusqu'au bout, à terme on ne devrait plus avoir besoin de faire des saisi en doublon puisque l'objectif est justement d'éviter ça.
Quelles données en doublons ?
Archi 43 a écrit :
08 juin 2019 16:37
Petite remarque en plus, en fait il y a bien une chose induite par le BIM qu'on ne faisait pas avant : on modélise et renseigne l'intégralité du projet. Alors qu'en flux de travail classique on ne traite que des vues partielles (plan/coupe/etc.), le BIM nous oblige à tout bien renseigner, même quand on ne voit pas directement ces informations sur les documents graphiques.
Effectivement le BIM amène une saisie et modélisation globale et cohérente que nous ne faisions pas systématiquement et pas à ce niveau là. Même la 3D que nous faisions en CAO n'avait comme rôle essentiel que la production des documents 2D contractuelles, et pouvait générer quelques impasses.
L'ENORME intérêt du BIM est la cohérence d'ensemble des pièces à un instant t mais amène des flux de travail différents
La Chaume —Les Sables d'Olonne
Architecte DPLG —Formateur ArchiCAD — Consultant BIM
https://www.bimservices.fr/
ArchiCAD 4.12 à 22 — MacBook Pro 2,5 Ghz i7— Mac OS 10.11.6

Répondre